Partagez

à Paul Verlaine

De la bêtise avant toute chose
Et pour cela préfère l’impair
Des étourdis, des têtes-en-l’air
Sans rien en eux qui vaille ou s’impose.

Il faut aussi ne penser à rien,
Perdre ses mots à la moindre brise
Rien de meilleur que de perdre prise
Devant l’amour ou devant son chien.

C’est un timide aux yeux pleins d’étoiles
C’est une fleur que je cueille ici
Pour te ravir, princesse, voici
Une mer belle à mettre les voiles.

Car nous voulons l’innocence encor,
Pas le sérieux, rien que l’innocence
Oh ! L’innocence seule fiance
Le rêve au rêve et le rire à l’or.

Suis du plus près la liesse enfantine
La mine heureuse et le ciel d’azur
Qui te feront des cœurs le plus sûr
Et des raisons la moins cabotine.

Prends les messieurs et tords leurs le cou !
Si c’est bien fait, tu n’as mal agi
De rendre un peu l’adulte assagi,
Si l’on n’y veille, il ira jusqu’où ?

Ô qui dira les torts de nos rires ?
Quel vieillard bête ou quel vieux gripsou
Oserait sa main sur l’enfant fou
Qui s’en fuit loin de leurs tristes ires ?

De la bêtise encore et toujours !
Que ta risette en soit bariolée,
Oubliant la tristesse envolée,
Danses, souris à d’autres amours !

Que demain soit la folle aventure
Diverse au vent mauvais des mutins
Qui vont flirtant les blés, les lutins
Et tout le reste est fioriture…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes