Partagez

L’âge. . .

Comme un enfant

J’ai d’abord compté sur les doigts

Puis les jours et les nuits en attendant

Que les anniversaires arrivent enfin à moi

J’ai longtemps rêvé de cet âge

Où je commençais à flirter avec la vie

Les filles et l’amour, charmant adage

Puis le bel âge s’attendrit à mesure que je compris

La belle affaire que le temps soufflait sur les bougies

Contre un gâteau il me prenait mon effigie

J’y gagnais l’usure et les cicatrices

Le sourire et chaque heure que je pris de cette leçon de vie

L’âge est l’heure du temps

L’idée qu’on s’en fait en est l’illusion

Le parfait leurre, l’ultime sacrifice

A croire qu’à chaque âge survient son histoire

Pure avarice du temps

Jaloux de ce qu’il offre, nous prends autant

Ce n’est pas tant vieillir dont il faut craindre

Mais de s’asservir à l’idée de feindre

Ce que nous sommes pour ce que nous pensons être !!!

JT



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes