Partagez

C’était un grand roi
Qui n’avait pour ami qu’un aigle
Qui était un animal de foi
Qui respectait l’amitié et ses règles,
Le roi lui confiait tout sans se soucier
Mais surtout car il était muet.
Un jour, lors d’une longue promenade
Le monarque eut soif, mais ne trouva où boire
Avançant toujours, il reprit espoir,
Quand il perçut un ru par une rapide œillade
Il courut vers l’eau claire
Et retira son verre,
Mais en le remontant vers sa bouche,
Son ami l’aigle l’attaqua comme une mouche,
Et fit tomber le verre en bois,
Indigné et bouche bée resta le roi,
Il ramassa son verre et refit lentement
Son geste en ayant un œil sur le grand aiglon,
Au moment où l’eau allait toucher ses lèvres,
Son ami réattaqua le récipient et le fit tomber,
Le roi fut hors de lui et eut la fièvre,
Il prit son épée
Et frappa son ami à mort
Au même instant, l’homme fut atteint de remords.
Il avança un peu et vit dans le ruisselet,
Une vipère morte qui l’avait empoisonné…

Le roi comprit donc que son ami est resté tel jusqu’à sa fin
Et que toute action causée par la colère aura une tragique fin



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes