Partagez

Comment s’étonner de voir des maladies
Se propager si vite au cœur de l’Algérie
Quand, sous nos yeux, ces choses se déroulent
Ah ! Quelle incohérence dans les mouvements de foule !

Ce chauffeur ne peut être que sûrement dérangé
Sa voiture de viande fraîche est lourdement chargée !
Et même sans couverture, sans nulle protection
Ni contre le soleil ni même la poussière,
Le chauffeur, insouciant, appuie sur le champignon
Et le tout circule et vogue la galère !
En matière de transport de toute alimentation
Ces lois, ces attentions mènent tout droit en enfer !

Que dire de ce chauffeur si bien intentionné
Qui veille sur ses briques si bien alignées
Dans la partie du fourgon la mieux protégée,
Celle qui est la seule étant aménagée !
Les briques coûtent cher ! Attention à la casse !
Attention aux ornières ! Partout où il passe,
La pédale du frein étant sollicitée !
Les briques iront loin ! Il ne faut pas s’inquiéter !

Quant aux concepteurs de ces deux véhicules,
Sachant, et pour cause, à quoi ils sont utiles,
Il est sûrement en train de se gratter la tête
Et tous ses neurones subissent la tempête !

Une question demeure : ces véhicules
Que l’on voit sur la route et qui circulent
Sous l’œil bienveillant de certains agents
Qui ne s’inquiètent guère de la santé des gens,
Sont –ils soumis aux lois et règlements
Ou est-ce des mœurs ancrées solidement ?



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.67 sur 3 votes