Partagez

J’ai dit à mon alter
Le comparant à l’égo
Ne sois jamais trop fier
Car nous sommes tous égaux.

J’ai écouté ma mère
Parlant de mon égo
Disant que l’un est fier
Et que l’autre est bien sot.

Et je me sentais amer
De ne point être l’égo.
S’il est dur comme du fer
Je ne mâche point mes mots.

Si j’ai les pieds sur terre
Je me sens bien haut
Quand l’autre vit un enfer
Il n’est point mon égo.

Evitons la colère
Qui ne crée que des maux
Nous sommes toujours l’alter
Ayant tous un égo.

Sur terre comme sur mer
L’alter combat l’égo
Ils finissent en enfer
Comme de simples idiots.

Et reprenant Gavroche,
Le pauvre qui n’est pas sot
C’est clair comme l’eau de roche :
Nous sommes tous des idiots.

« « Je suis tombé par terre
C’est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau
C’est la faute à Rousseau. » »

NB : La dernière strophe est une tirade de Gavroche
dans « Les Misérables » Victor Hugo



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes