Partagez

La solidification de ton cœur à pousser ma tendresse à te fusionner, en lui versant la coulée de mon amour Les dendrites naissantes au cours de la solidification de tes pensées, avec les miennes ont causés pas mal de déformations plastiques auprès de ceux qui nous détestent Le laminage de ton corps a frité mes désirs jusqu’à ce que, la tangente de mes obsessions atteigne ses limites Les rayons- x qui ont pénétrés les raies de mes yeux, en leurs créant une diffraction vers le sinus de ton nez La traction de ton regard a causé la rupture de toutes les contraintes traversant le chemin de notre relation La résilience de mes copains et de tes copines nous a trempées dans un calvaire sans revenu La métallographie de la coupe de tes chevaux l’a emportée sur la dureté des miens La radiocristallographie par réflexion sur le miroir de ton existence m’a poussé à t’inverser sur les groupes ponctuels de femmes qui te semblent Le M.E .T et le M .E.B utilisés en face de ta chambre ont génères les électrons rétrodiffusés dans mes rêves La corrosion de mes sentiments par tes piqures dans les crevasses de de mon cœur n’a pas trouvée de revêtement adéquats pour sa prévention Les oxydes qui se sont produit au cours de notre connaissance avec toi ont créés une pellicule protectrice contre toutes les filles qui s’approchent de moi L’oxydoréduction de ton charme par le PH de mon envie m’a rendu jaloux du potentiel standard de tes yeux La passivation de tes écrits m’a incité à te préparer une protection cathodique par courant imposé par ton père ; une protection anodique par ta sœur sacrificielle contre ta famille Le comportement des matériaux non ferreux de tes attitudes ont obligé l’acier de mon cerveau à se révolter Le module de Young de ton paradoxe a désorienté le coefficient de poisson de mes analyses Les verres de tes lunettes ont brulés la céramique de de mes intentions envers toi sauf le module de zeiner pourra y remédier à cela La polymérisation de mes sentiments envers les tiens ont rendu les liaisons interatomiques et ioniques enchevêtres entre nous L’injection plastique de tes histoires vers les modules de mes souvenirs en transitant par les câbles de tes nerfs en polystyrène n’a augmenté que la viscosité de notre séparation La fraction massique de ton poids sur ta taille n’a suscité que d’interrogation sur le volume molaire de ma patience HAMITECHE.M



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes