Partagez

Ma force est d’être humble
Mon alliée est Dame Sagesse
Par une journée belle et pluvieuse
Je me suis assise sur un banc
A la baie de mon amour Alger la blanche
Mon âme enfant turbulent
Monte en souriant la vague
Me plongeant dans mes pensées, vagabondes
Je pense à l’autre qui est si loin
Je me suis dis que:
   – Demain je lui écrirai une lettre rose

Pour lui dire que sa voix me manque
Et que le son de son pas au seuil, beaucoup m’importe
Que je le cherche dans les regards de tous les hommes
Perdue, ne lui ressemble, aucun
Et je chute sur les rocs comme les vagues en pleurant…


Demain, je me lèverai au chant du coq
Je me ferai belle pour le rencontrer
Dans les ruelles de ma bohème
Mais je sais d’avance que le temps passe
Et repasse
Nous sépare par des mille
Que notre amour régénère dans le sourire du jour
Et s’évanouit dans les bras de la nuit …

Ne me reste que les souvenirs
Qui sont la douceur de notre premier baiser
J’aurai aimé que tu sois en ce moment,  si près
Que tu me dises que je suis encore belle
Que mon regard est envoûtant malgré les cernes
Que ton sourire m’habille
Et que dans tes bras, je perds la tête
Que tu me courtises comme dans le temps
Que tu me soules par : – Je t’aime
Malgré que l’âge me pèse
Que je suis  toujours charmante
Malgré que le poids m’a rendu ronde
Que tu me m’offres un parfum de temps à autre
Et quelques fois à la main, une fleur…


Malgré mes gestes lents
Et mon pas qui n’est plus leste
Comme celui d’une gazelle de ce fût le temps
Que mon cœur est usé par l’usure des ans
Et par l’attente depuis le temps
Mais, satané amour qui fore et régénère
Malgré la géographie
Un hors la loi, s’avère
Conjugue nos pensées à sa manière
S’invite dans notre vie, sans protocole
Tatoue notre peau et nos saisons

Maissa Boutiche, Alger, Algérie.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.98 sur 348 votes