Partagez

J’ai tant désiré que tu sois ce géranium
Qui embelli mes vaisseaux
Me parfume de son arome
Mais tu n’es qu’un cactus
Qui fore en ma peau des blessures atroces
De ses épines, ma vie n’est plus ce qu’elle était
Mélancolie sont devenus mes jours
Et ses matins au parfum de roses…

J’ai tant désiré que tu sois cette brise fraîche
Sur mes pétales qui dansent
Et le chant de la pluie qui irrigue mes racines
Et mes proses…

J’ai tant désiré que tu sois la terre ou je me repose
Qui étreigne ma tige délicate
Dans ta main je me pose
Qui me caresse avec amour comme un papillon
Qui à mon parfum s’enivre et enfante…

J’ai tant désiré que tu sois ce doux vent berçant
Qui soule d’amour mes pétales
Et dans tes bras de joie y dansent
Mais tes épines ne font qu’empoisonner
Ma vie qui était un livre ouvert écrit à l’eau de rose

J’ai tant désiré acquérir mes rêves et beaucoup de choses
Mais ton amour radin n’est que déni et indifférence
Me plie en deux, me donne froid au dos, ne me réchauffe
Maissa BOUTICHE, Alger, Algérie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.88 sur 60 votes