Partagez

En la mer des Sargasses,
Sagace,
Aux sarcasmes
Du phasme,

Qui prend le pouls
Du poulpe,
A bout,
Battant sa coulpe ?

Est-ce le calamar
Qui s’amarre
En sa mare ;

Ou sont-ce les homards,
Qu’en ont marre,
De mèche
Avec les seiches ?

Est-ce l’œuvre
Des pieuvres
Lovant comme couleuvre

Leurs tentacules
Majuscules ?

Dans les gouffres sans fond
S’en vont,

Aux Moluques,
Mous dans leurs frusques
Les mollusques.

Mais ou se planque-t-on
Du plancton,

De l’haleine
Sereine
Des baleines ?

Sans crime
On trime
Et on s’escrime
Au Gulf Stream,

Ah mais dis donc !
Dit l’espadon
À l’esturgeon
Qui pond, qui pond

Et sans retard
Son fin caviar.

Cuistres
Les huîtres
À leur affaire
Tentent de plaire
Aux praires
Qu’elles vont traire ;

Et les plongeurs,
Songeurs,

Comptent les points,
Sans fins,

Qui déambulent
Et font des bulles.
Les ridicules
Tête de mules !

Ils voient rouge
Dans la mer rouge,
Au désespoir
Dans la mer noire

Belliqueux dans le Pacifique
Ils tiquent
Dans l’antarctique
Ces moustiques !

Ah les humains
C’est pas demain
Que les dauphins,
Qui sont malins,

Leur confieront
Avec aplombs

Tout les discrets
Secrets
De leurs ballets
Salés…

A grands coups d’avirons,
Ils reviendront,
Et s’ils sont calmes
Avec leurs palmes ;

La mer et les récifs
Rétifs,
Les courants, les coraux,
Ceux de Vanikoro

Raconteront de Lapérouse
Le blues,

De Cook et Bougainville,
Tranquilles,

Les voyages aux longs cours
Au long des jours ;

En foule
Dans la houle
Qui s’écoule ;

Aux murmures,
Céans,
Des océans,
Ces aventures

Où les navires
Virent,
Infiniment ;

Emprisonnant
Au gré des vents
Leurs gréements,

Au fil du temps.

octobre 2008



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes