Partagez

L’arbre à doutes

Chaque matin aux alentours des mille secondes
Je m’installe sous mon arbre des grands doutes !

Je me cale un moment, je me pose des questions
Celles qui me paraissent essentielles à nos unions

Nous avons tous, près de chez, nous ce bel arbre
Il faut juste trouver la volonté de nous y confier

J’aime à errer sous ses ramures douces ou acerbes
Rien ne pourra alors m’y déloger, je suis son herbe

Sa raison d’exister et si je me plais à me comparer
A ses doutes, à ses certitudes, à ses belles erreurs !

C’est pour ne pas les répéter car ce serait la terreur
Vivre et se complaire dans l’ignorance : oh malheur

Nous avons tous nos grands moments de véhémence
Pourvu que nous ne succombions plus à la démence !

Tous les matins, je reviens le visiter et il me rassure
En me disant tout bas ce que je me refusais à entendre

Telle un bise légère, ces mots caressent ma conscience
Je frémis un peu, je boude mais je sais qu’il est science

Je m’assois un moment, mes doutes s’insurgent
Il est temps pour moi d’accepter tout ce qui urge

…/…

Thierry Titiyab Malet Le 13 décembre 2015



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.94 sur 16 votes