Partagez

Un oiseau était fou d’un écureuil roux
De branche en branche ma foi, il le suivait partout
Je t’aime trillait-il à l’écureuil caché
Entre les feuilles rousses d’un arbre très occupé

L’arbre captait à plein temps les vibrations actives
Par le biais de ses feuilles aux lumières réceptives
Retransmises par la sève aux racines de la terre
Il était débordé et parfois en colère.

Les sanglots de l’oiseau finirent par le lasser
Il ouvrit grand ses branches à l’oiseau éploré
Mais l’oiseau continuait à chanter nuit et jour
Au petit écureuil son impossible amour.

Excédé l’arbre lui dit; tu es fait pour le ciel
Regarde l’écureuil lui as-tu vu des ailes ?
Et les ailes de l’amour ne peuvent-elles exister ?
Je ne sais pas dit l’arbre, il faut les inventer!

Le petit écureuil entendit ce discours
Il serra contre lui l’oiseau au grand amour
Je grimperai sur ton dos et tu seras mes ailes
Tu m’emmèneras ailleurs, là-bas près du soleil

Et moi, ajouta l’arbre, je ferai un halo
De toutes mes énergies pour vous guider là-haut
Alors depuis ce jour on voit au creux du ciel
Voler une drôle d’oiseau qui porte sur ses ailes
La douce fourrure rousse d’un amour éternel.
Jacklynn Beckman Fieschi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes