Partagez

Hier soir, mon chemin croisa celui d’une demoiselle,
Dont les yeux brillaient comme ceux d’une gazelle;
C’était au clair de lune, sur la plus jolies des plaines,
Et la brise du mistral caressa ses deux joues ébènes;

Nos âmes furent rapprochées par la chaleur de minuit,
Mielleuse attraction divine a l’aube de nos deux vies,
Et il a suffit d’un seul baiser de ma muse tendre et belle,
Pour que la douceur de sa présence me paraisse irréelle;

Étrange sensation que j’éprouve pour ce troubadour
Quand parfois le destin a su nous jouer bien des tours,
J’ai découvert sur ses lèvres une fragrance exquise
Que les poètes appellent « Amour » une sève qui fuse

J’ai interpellé mon cœur ce qu’il ressent à l’instant
Il m’a dit: « vielle homme, laisse-moi rêver ce temps
Si Amour est folie, alors je suis fou de cette Muse
Pouvais-je contester cette vérité le laisser à sa guise.

La belle était une si belle femme pleine de gloire
C’est ce que mes yeux ont pu découvrir ce soir;
Et cette dame était la belle que j’ai vu dans mes rêves.
C’est ce que mon cœur m’a dit hier en faisant sa trêve;

Désormais, lorsque je marche seul sous la pluie,
Et qu’une étoile filante traverse le Ciel qui s’éblouie
Plus aucun vœu ne se formule dans mon esprit,
Car mon rêve pour cette princesse m’a déjà entrepris.

Alger le 23 05 2017
Par:@ Echchikh Adda



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 15 votes