Partagez

Cette nuit, j’ai gardé l’oe“il ouvert et songeur,
Les souvenirs du jour emplissaient chaque instant.
Comment donc ai-je pu ce doux vers raconteur,
Laisser battre le pouls de propos chahutants ?

Les excuses sont brèves et la larme coulant,
Vient grossir le fleuve qui glisse sur mon coeur€…
Le soleil sourit et sous lui les courants,
D’air et d’€™eau vagabondent les Chrysanthèmes en fleurs.

La flamme éblouit mais donne vie à la cire.
Soudain volent, puis s’échappent les émois déplacés.
Le jour a ses humeurs qu’il convient d’€™ignorer…
Fermer les yeux le jour puis la nuit les ouvrir ?

Je t’€™envoie mes remords et mes songes amoureux.
Un vol chancelant pour porter à ta peau,
Un baiser délicat, tendre et sulfureux !

La chaleur que diffuse ton iris au repos,
La douceur de ta chair sous nos bras enlacés…
Tout fait renaître en moi notre premier baiser.

Stéphane Meuret
Copyright 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes