Partagez

Non ! Je ne sais pas ! Je ne sais plus ce qui fut.
Non !Je ne sais plus! Le brouillard, que du brouillard !
Mon esprit s’effrite, ne reste plus
Que du brouillard puis l’absence de mon regard.

Affreux bourreaux ! Mais qui sont ils vraiment ?
Logés en mon cœur, ils sont absents !
En mon âme trop de casiers sellés : la clef ?
Elle crie, pleure et s’inflige des plaies !

Non ! Je ne sais pas ! Je ne sais plus ce qui fut.
Non ! Je ne sais plus! Le brouillard, que du brouillard !
Mon esprit s’effrite, ne reste plus
Que du brouillard puis l’absence de mon regard.

Longeant braises et marais, je ronge
Les bords sinueux de mes songes.
Qu’y a-t-il au fond des nuits drapées de larmes ?
Monstres !Combats !Mais aucune arme !

Non ! Je ne sais pas ! Je ne sais plus ce qui fut.
Non ! Je ne sais plus ! Le brouillard, que du brouillard !
Mon esprit s’effrite, ne reste plus
Que du brouillard puis l’absence mon regard.

Les souvenirs, ces images couvertes de brume
Dans le secret se perdent puis se consument.
Un trop plein qui se vide -Un vide qui se remplit !
Mon cœur avale -Avale et vomit!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 1 votes