Partagez

Il est beau, il est fort, mais à son cœur d’acier,

Ce jonc qu’on dit fleuri planté les pieds dans l’eau

s’accapare les rives des lacs tant il a peur des glaciers

et ordonne aux rhizomes d’agacer petits bateaux



Il se plait le printemps quand les gelées finissent

pour qu’il scrute le Dahlia du regard de ses ombelles

s’il l’approche, il l’enjôle et le traîne vers l’abysse

jalousie maladive aux propos faits de miel



Comme une ombre vertueuse sous des traits malicieux

le butome tel une pieuvre qui branle tentacules

vers les yeux du diable qui remuent mers et cieux

qu’il envahisse toutes les berges, les étrangle, les bouscule



Le Dahlia l’implore naïvement de quitter les étangs

pour répandre ses reflets en poussant près de lui.

Prendre la place des ronces, des jasmins agaçants

Rien ne sert d’être méchant, faire du mal à autrui



Cultiver le bonheur et rêver d’ une vie saine

 l’Abella butine des poèmes saturniens.

Ce roi vêtu de splendeur couronné par Verlaine,

le Dahlia inspire des vers au lyrisme adonien.  



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 24 votes