Partagez

Accoudée à son balcon
Elle suit sans voir les arabesques des mouettes
Le ciel est si bleu, le soleil si élégant
Elle écoute fredonner le souffle léger du vent
Qui l’invite à accompagner son chant
Il semble lui dire :
– Chante pour les autres
Tu te sentiras plus légère
Que l’amour aguerrie ta soif
Habillera tes branches qui semblent nues
Enfanteront de beaux rêves, verts

Que ton chant, ne cesse
Il est sur les âmes perdues, une tendresse
Sois ce chant au présent ou au passé simple
Ça n’a pas d’importance
Que tes odes soient une berceuse
Qui nous a berce étant enfants et adolescents
Qui a chanté l’amour sous ces toits où chaumaient
Nos beaux rêves, autrefois
Qui écrivaient sous une chandelle peureuse
De longues lettres, qu’on n’osait remettre
A nos princesses…

Sois l’écho de ces pas, qui de loin
Faisaient vibrer nos cœurs
Fais nous danser sur tous airs
De cet amour qu’on a perdu de vue
Et ces instants qui sont restés, inassouvis
Sois le parfum d’amour de cet hier
Inavoué, d’une époque où l’amour était Seigneur
Maissa Boutiche, Alger, le 07/09/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 66 votes