Partagez

Mon corps voyage à travers les nuages,
Je m’observe de loin,
Je vois ma tête, ombre de ma pensée,
Qui s’efface dans un ciel brumeux.
Mes mots ne se retrouvent plus
Sur ma page immaculée,
Comme la neige qui vient de tomber
Sur mon cœur gelé,
Par le froid de mes idées.
Mes mots noirs, comme les oiseaux de malheur,
Volent, s’élèvent, s’abaissent
Et finissent par tomber.
Le chasseur d’images
Vient de passer.
Plus rien ne bouge,
Même les sentiments sont brûlés.
Et mon cœur, par l’éclair,
Vient d’être frappé.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.86 sur 14 votes