Partagez

Un jeune chêne près du lac,

Se tient près du murmure de l’eau.

Des années où je me promenais,

Il est devenu puissant,

Son tronc robuste s’élève,

Et couronne la rive fleurie.

Sous le regard des passants,

Tandis que les jours passent,

Il croit et s’élève,

et puise profond dans le sol.

Humbles sont toutes ses feuilles,

Il s’incline au miroir de l’eau,

Pour voir la voute celeste.

Lui sa majesté des arbres,

Ne s’élève pas plus haut,

pour garder dans ses branches,

le gazouillis du peuple ailé.

Mais ne crois donc pas, qu’il parade 

il ne s’en préoccupe pas.

Sous l’œil de Dieu, et de chaque homme

il croît, tandis que les jours passent,

et chaque branche, qui s’élève,

invite tous les chants des oiseaux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 10 votes