Partagez

Le combat d’une femme

Sur l’écorce d’un chêne,
une enfant n’as pas gravé deux cœurs,
mais les blessures de son âme.

Une enfance ramassée à la pelle,
comme les feuilles de l’arbre,
elle a tremblé, de peur, d’effrois.
De l’homme qui fût son père.

La rivière de son enfance
ne fût pas un fleuve tranquille,
chaque jour était un combat
pour survivre et vivre le pire.
Aujourd’hui devenue femme,
ces blessures ont fait sa force.

Un jour le cercle est revenu,
comme un ouragan dévastateur,
on a brisé le sang de sont sang.
Alors gronda en elle la rage de vaincre,
elle abattra les murs
qui se dresseront sur son chemin,
pour que justice soit faite,
une revanche sur la vie.

Cette femme a connu,
l’amour ,la trahison, la déception,
l’humiliation, la violence sans détour et pourtant,
sans jamais se retournée,
elle a balayé ses tourments.

Comme un rapace fondant le ciel,
atteindre le sommet des montagnes.
Vaincre la vie à tout prix.

Elle est devenue une hirondelle,
défiant les saisons,
pour que chaque jour
soit le printemps de sa renaissance.

Un jour, l’amour,
celui qu’elle n’attendais plus,
lui a donné raison, espéré en l’avenir.
Elle a puisé sa force
dans les blessures de son âme.
Aujourd’hui, son chemin entre dans la lumière.
Celui qui lui a ouvert les volets du bonheur,
a abattu les murs de son passer,
fermé les portes de la nuit.
Une femme épanouie
aujourd’hui.
comme un oiseau,
survolant les océans,
elle a trouvé sa route.

Aujourd’hui
sur l’Écorce d’un chêne,
est gravé le cœur de sa victoire.

Il n’y aura jamais d’oublie,
mais la cicatrice c’est refermée,
sa blessure ne saigne plus.

Son histoire gravée
dans le parchemin de sa mémoire,
fait partie de sa vie.

Les pages prisonnières dans l’écorce d’un chêne,
l’arbre devient le livre de son vécu.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.2 sur 5 votes