Partagez

J’ai tant bercé tes chagrins
Et câliné tes matins
Tant caressé tes colères
Calmé tes fièvres
Et rassuré ton sommeil.

Tant de nuits en éveil
Et tant de fierté dans mon cœur
Pour chacun de tes anniversaires.
Tant de bonheur
Que te voir grandir avec ton frère.

Et puis ainsi va la vie
Mes petits garçons ont grandi,
Ont lâché ma main
Pour suivre leur chemin
Construire leur destin
Comme des hommes en devenir.

Et si mon cœur de maman
D’amour s’est rempli à l’infini
Et si mon cœur de maman
De fierté s’est comblé pour la vie,
J’ai oublié sans doute de te le dire,
Une maman est aussi une femme.

Tu as mal de mes choix
Et tu n’acceptes pas ma décision.
Tu refuses de me voir
T’imposant punition
Comme défi d’orgueil.

Je voudrais que tu saches mon fils
Que ta douleur est mienne,
J’aimerai tant apaiser ta peine.
Je voudrais que tu le saches mon fils
Jamais l’amour d’une mère ne s’épuise.
Je voudrais que tu saches mon fils
Que le jour où ton cœur s’ouvrira
Le mien grand ouvert te recevra.

Pour toi mon fils
Ces quelques rimes
Comme le cri ultime
D’une maman si triste
De ne ressembler qu’à un souvenir.

Pour toi mon fils
Et pour ton frère aussi
Pour les souvenirs si forts qui nous unissent,
Pour l’amour de mes enfants,
Jamais je ne cesserai d’être maman.

Josette Gallou-Jouet
Le 3 aout 2017

(Ce récit est une oeuvre de pure fiction. Par conséquent toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.42 sur 24 votes