Partagez

Il était une bergère
Qui gardait ses moutons
Elle chantait à tue tête
sa colère tralalère.

Elle allait au marché
Et reconnu le loup,
Camouflé d’un drapé
Elle le vit en dessous.

Je vous vois, dit la bergère
J’en suis fort aise, réponds le loup
Et je n’en peux plus de me taire
Au lieu de blesser mes moutons
Venez donc m’aider
A les regrouper
Nous nous tiendrons compagnie
Et plus douce sera la vie.

Je dois vous avouer, jolie bergère
Je n’ai point voulu blesser
Me rapprochant de la bergerie
J’ai vu vos belles brebis
J’ai voulu jouer
Et je me suis emporté
En criant, vous les avez sauvées.

Et vous me parlez,
Soyez en remercié,
Vous ne m’avez point rejeté,
Ni condamné.

Acceptez jolie bergère
Ma présence à vos côtés
Je vous promets d’être maître de mes instincts
Je ne suis pas un saint
Mais avec votre Amour
Je réussirai
Et en retour
Le mien, vous recevrez.

Je veux être votre compagnon
Pour surveiller vos moutons
vous protéger
et demander
votre pardon.

Accordé, loup !
Je mets en vous ma confiance
Et mon Amour
De tous les jours
Et vous garde en présence
Vous serez libre cependant
De partir à tout moment.

Il était une bergère et un loup
Ensemble sauvages et beaux
Gardant leur troupeau.
Se donnant amitié,
Respectant leur liberté.
Leur différence,
dans leur vie, donna un sens.
Ils partagèrent amour, Joie, silence,
rires et jeux
Et vécurent heureux.

PJ – 04.02.2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.78 sur 9 votes