Partagez

je distille mes émotions,

remplissant mon encrier,

elles changent au gré des saisons,

se répandant sur mon cahier.

Quand dans les abimes je plonge,

j’en reviens avec leurs secrets,

puis l’angoisse qui me ronge,

deviens alors la panacée.

Dans ce monde rien ne se perd,

ma jeunesse j’en fait du vieux,

seul, je suis passé à deux,

du plein air à ce trou en terre.

 

         Dimitri Aksl.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes