Partagez

Le temps passe et nul jamais ne le stoppera.
Il est joie, ou peine, mais reste toujours là.
Il fuit si vite lorsqu’il s’agit de nos enfants,
et semble ralentir au terme de nos vies,
quand bientôt s’ouvriront les portes du néant .
Combien de temps alors pour sombrer dans l’oubli ?

Tel le sable, il enfouit nos vieux souvenirs,
transformant parfois nos existences en désert.
Je songe souvent à mes fillettes d’hier,
les oublier, que peut-il y avoir de pire ?

Un petit être me rappelle ce passé.
Il est un joyau de plus venant compléter,
le plus inestimable de tous les trésors.
Ils sont ce pour quoi un père a peur de la mort.
Pour eux et ma femme que j’aime tellement,
J’aimerais pouvoir être le maître du temps.

Ludovic-Bourdon



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.73 sur 11 votes