Partagez

Une note de piano qu’on entend à peine
Une brume devant les yeux
Mais le coeur y voit très clair
On sent la chaleur de l’ automne
On respire les feuilles qui volent
Et le manège des lumières sourit
Aux attractions qui nous appellent
Nous n’avons jamais été autant enfants
Hurlant et bravant nos peurs
Serrés l’un contre l’ autre
Encore une fois
Pour un dernier tour qui n’ en finit pas
Le vent nous parle, le vent nous grise
Le nez au ciel
Les étoiles attisent
Les cris et grimaces malignes
Le temps s’arrête
Et tu n’as jamais été aussi prête
A nous suivre
Toi et moi
Laissant loin derrière nous
L’ ombre de nos réticences. . .
JT



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes