Partagez

Avril, ce matin, nous ouvre un bien grand jour,
On y doit célébrer un heureux mariage :
Dame Violette, dans la fleur de l’âge,
Avec Monsieur Lilas se sont épris d’Amour…

Naissance Idyllique qui dresse une passerelle,
Entre la fleur des bois et la grappe du rameau,
L’instant devient si hautement solennel,
Que les Anges, au ciel, en subliment les mots …

Elle, éclose, d’une fraîcheur naturelle,
Si jolie, sans fard, sans le moindre oripeau,
Sous le saule lumineux, qui leur sert d’ombrelle,
Se sont promis de ne jamais finir en pot …

Alors, Monsieur Thuyas, digne, dans son écharpe
De lierre touffu qui apprivoise les cœurs,
A fait taire la bande des Iris moqueurs,
Pour que vibrent les cordes, d’un cortège de harpes…

S’y accorde le chœur des rieuses pâquerettes ;
Au passage des époux, les campanules s’écartent ;
Nuée de serments qui remplissent les cartes ;
Dame Rose, en bouton, préside cette fête …

Jusqu’à l’aube, ont dansé, dans la brume,
Libérant leurs parfums éphémères,
Glissant entre les herbes, légère comme une plume,
Leur envolée nuptiale, agite encore la mer …

Patrice Lucquiaud



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes