Partagez

Dans ce monde chaotique où l’amour n’est plus roi,
Dans ce monde géré par le matérialisme,
Les liens conjugaux ne respectent aucune loi,
Et ces liens sociaux dérangent les mécanismes.
Dans un couple heureux,
Il faut considérer que les liens conjugaux
Ont fait des malheureux
Car les deux conjoints ne se voient point égaux !

La « Loi », jadis votée, de la famille, supposée,
Cette loi concoctée pour satisfaire d’aucuns,
Fut-elle tirant sa source d’un esprit reposé
Unissant deux âmes, l’une à l’autre soutien ?
Ne fut-elle point rédigée par l’esprit malfaisant
Qui a prévu d’occulter l’un ou l’autre des unis
S’accaparant pouvoir et vouloir, se faisant
Le chantre de l’union de deux êtres désunis ?

Dans le couple formé, l’on découvre souvent
Un conjoint supérieur régnant sur le second
Et un être inférieur devenu dépendant
De la bonne volonté de l’autre et perdant
Et son âme et l’esprit à son corps défendant
Le premier s’affirmant toujours intransigeant
Et l’on douterait du but de cette belle gestion !
Quand nous apparaît que ce « Chef » négligeant
De ses propres devoirs, toujours plus exigeant
De sa partenaire, souvent en l’obligeant,
Qu’elle se soumette encore plus en se corrigeant
Coupable d’être victime de cette soumission
Régie par la « Loi » ! Oh ! Triste désillusion !
Et cette fameuse « loi » repose toute la question !

Le partenaire est maître de toute cette destinée
La partenaire demeure souvent mal estimée
L’homme est le partenaire reconnu par cette « Loi »
La femme, sa partenaire, s’incline à chaque fois !
Si l’un devenu « Ra », ce fameux Dieu Soleil
Et si l’autre est la lune, brillant de sa lumière,
La lune se veut brillant d’une beauté vermeille
Et ses grandes qualités font taire ses colères !
Mais quand la colère gronde et va en s’amplifiant,
Le soleil peut briller, sa lumière n’éclaire plus !
Et la lune si brillante, sa présence tonifiant,
Sa seule sévérité est de dire : « je ne t’aime plus » !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes