Partagez

Le mot de trop…

Il n’y a pas que les coups qui font mal, il y a aussi la parole,
Certains trouveront ça banal, moi je ne trouve pas ça drôle.
Un flot de mots qui vous assaille, un vocabulaire insensé,
Et tout votre corps qui tressaille, de peur de voir les coups tomber.

Puis à nouveau un grand silence, l’ouragan vient de s’apaiser
Combien de temps, c’est le suspence, on préfère ne pas y penser.
La vie reprend tant bien que mal, mais plutôt mal quand on espère
Que tout va soudain s’arrêter, mais ça, c’est croire au père Noël.

Alors pour un je ne sais quoi, le ton va encore monter
Et l’on se terre comme faon, auprès de sa mère blessée.
On n’ose plus lever les yeux, pour cacher qu’ils sont pleins de larmes
Les mots sont lourds de cruautés et bien souvent ils vous désarment.

Le cœur meurtri de trop subir, la colère qui se répète
Quand tout cela va-t-il finir, on a envie d’hurler « arrête »
C’est si facile d’injurier, de rabaisser et de détruire,
Un couple c’est fait pour s’aimer, mais surtout pas pour se maudire.

Passent les jours, passent les ans, tout ça n’est plus qu’une habitude,
Heureusement il y a les enfants pour meubler cette solitude.
Mais dès qu’ils vont franchir la porte, qu’en sera-t-il de l’avenir ?
A quoi ça sert les amours mortes, parfois on voudrait s’endormir.

© Danièle Labranche



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes