LE NECTAR DU BONHEUR


image-écrin-de-nuit.jpg

Se souviennent les petites larmes de bonheur,
Sur ton visage inondé de joie, illuminé par tant de douceur.
Quand les nuages balayent le rivage du temps,
Les rides de tristesse s’éclipsent, tu franchis le paradis de l’océan.

J’imagine des murmures dans le silence, le partage de nos coeurs,
Ton haleine, subtil parfum, plus doux que la fleur,
Evasion de l’âme, nos corps plus souples que la vague,
Plus frais que l’écume, au petit matin, je divague.

Amour rêvé et éphémère, à jamais se dévergonde
Pour atteindre tes yeux d’eaux profondes,
Sous l’éclair violent de ton feu divin qui me brûle,
Lorsque tout mon être devient minuscule.

Et telle une infinie émotion,
Souffle le vent de la passion,
Lorsque je me glisse tout en douceur
Dans l’élan des frissons de mon coeur.

Un soir d’été comme dans un rêve oriental
Où tout me semble de rose et de santal,
Je reviens sans cesse me laisser bercer,
Telle une princesse enfin aimée.

Copyright 2016
Martine BES


Pour voter, vous devez être connecté (utilisez connexion facebook ou par email)
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
4.71 sur 42 vote(s)

15 commentaires

  1. Dans les frissons de ce coeur
    J’en ai gardé douce émotion
    Dans un poème fait de passion
    Toujours on trouve du bonheur…

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez etre connecté: