Partagez

« Laissez-les, ce sont des aveugles qui conduisent des aveugles : si un aveugle en conduit un autre, ils tombent tous deux dans la fosse » (Évangile selon Matthieu)

[ODE AUX CHAROGNARDS ET AUX CRAPAUDS A CRAVATE]
Le petit colporteur voyage sans valise.
Ce vagabond aussi gracieux qu’une limace
Répand sa bave noire, et arpente à sa guise
Les hôtels crasseux ; le crapaud fait des traces.

Le petit colporteur remue la vase et danse,
Puis clabaude sur les passants qui ne rient point :
« Eh vous misérables, vous avez de la chance !
Le loup sanglant quatre vingt-treize est bien trop loin ! »

Le petit colporteur, être au regard vitreux,
Sombre bourreau plus affamé qu’un chien errant,
Terrifie les anges sous le toit des pouilleux ;
Si l’or demeure ailleurs, la gamelle est dedans.

Le petit colporteur brime la belle France
Tout en curant une marmite sous la table ;
Là où un porc vomirait ce ragoût rance
Enjouée, la mouche bleue s’exclame : « À l’étable ! »

[EPILOGUE]
Dans l’âtre des rois, la jeune fileuse s’est essuyée.
Assis sous sa mamelle couverte de suie, un chien errant
s’est vautré dans le sang de la terrible. « Mais quel bel enfant ! 3 kilos !
Emballé ! Allez ! File petit ! Va-t-en voiler impunément la lumière
sous laquelle tu as poussé tes cris ». Fut-elle aussi sordide
que d’étroits fourneaux, son âme s’envole
noyer la cendre, vers de mauvaises eaux.
A-t-elle répondu au clairon par un hurlement féroce ?
A-t-elle brait au clair de lune ? La symphonie s’achève.
Est-elle tapie dans l’ombre, attachée au poteau ?
A-t-elle attendu l’ordre, la lame dans le cerveau ?
Elle glousse, elle cacarde, elle rugit parfois, mais aucun
de ses cris n’a été entendu dans le royaume épargné,
au pied du laurier. La légende dit
qu’ils se sont évaporés, effrayés par tout ce qui aurait pu
éclairer son triste visage de chien errant.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes