Partagez

Le Poilu

Tiré du livre « L’orme des tureaux »

Dans son manteau tout de bleu sali
le visage plein de boue meurtri
il attend inquiet une mort qui le guette
Dans son désarroi, cette peur l’entête.

Comme un rat apeuré que l’on chasse
il attend son heure qu’il trépasse
dans la fumée épaisse qui l’étouffe
terrorisé il retient son souffle.

baïonnette au canon, prêt à l’assaut
il s’extrait de la terre d’un sursaut
il court aveugle sur le sol lunaire
il va certain à une mort, téméraire.

Combien de braves au feu sont tombés
pour la patrie, leurs vies ont données
pour la liberté, leur honneur ont offert
pour leur famille, leur corps ont souffert.

Par l’oubli une seconde fois sont morts
le Temps ennemi efface leurs efforts
les enfants oublient les croix blanches
que des arbres cachent sous leur branches.

Vieillard sénile, le poilu aujourd’hui pleure
paré de médailles,il sauve l’honneur
Souviens toi de lui, ce héros inconnu
que la nation ingrate railleuse nomme poilu.
François Simon

Read more at http://philippe-rotat.e-monsite.com/pages/pensees-vagabondes/p/le-poilu.html#BwXeXYa3V2itMXvL.99



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes