Partagez

Loin des folies et des deuils
Qui regnent sur mes yeux sensibles,
Mon coeur et son cerceuille
Loin de mes chagrins infaillibles

Mais encore dans ma présque nuditè
L’imaginable cause se manifèste
Et ce que mon regard ne peut affronter
Accèpte la mort et son répit funèste

Au mileu du visage à travers ses yeux
Qui raconte l’histoire d’un port vide
De ses navires enclavès par la faillite des aveux
Et son désir charnel prèsque limpide

Et là ….

Sur le sable a peine mouillè
La mer recul devant ton ombre
Ce que je regarde ne peux ésquiver
La tradition entre impuissance et désastre

L’instant qui me forçe a concéder
À ton regard qui me dit « la vie est belle »
Voilà la mort qui décide de me déposer
Je tombes amoureux de ton ésprit rebèlle

On n’éxplique l’amour que par l’union des corps
Ma chair implore ton odeur
Qui instruit le plaisir de ma mort
Je te déclares ,la régente de mon coeur



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes