Partagez

C’est tout d’abord une histoire qui chatouille votre esprit.
c’est ensuite une folie qui vous envahit. Un tsunami qui vous emporte vous traîne vous entraîne.
Vous finissez épuisé au bord d’une plage inconnue le corps un peu meurtri le visage brûlé .
Icare, je me suis brûlé au soleil de l’écriture. mon roman flotte au loin. je lui crie de revenir.
Tant de doutes de souffrances de travail de bonheurs et sourires avec lui,
il s’en va ingrat voguer vers son destin, emportant une part de moi même.
Seul le lecteur pourra me secourir
solitaire je suis et mes romans oublient mon triste ego.
Romancier quel triste métier mais reconnaissons le quel Pied!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes