Partagez

Le rouge d’ici

Si je rougis de honte
Car le bonheur me comble
Quand d’autres tombent
Là-bas dans les champs
Brassé par tes bras
Avec ta douceur !

Si bien souvent ta terre
Me nourrit d’un amour
Et puis me parfait

Le vert est mon ombre
Le rouge est ma honte
Je m’enfuis, je tombe

Rien ne m’encombre
Les blés ont mûri
La terre s’adoucit
Sous ce ciel d’ici
Vous me pensez maudit

Vous me pansez aussi !
Mais ce n’est qu’à mots-dits
Que je viendrai aux contre-dits

Je me plais à me taire,
Je me sais à cette terre
Mais je ne peux te déplaire
La vie n’a aucune raison
C’est nous qui la dictons
Chaire est-elle dit-on !

Cher est l’avis
Je ne fais que pousser
Ou des cris, qu’on enterre
Ou en joies éphémères
En facéties de naguère

Rien ne m’y obligerait
Si ce n’est que votre air
M’importune Monsieur
Ou que cet atmosphère
N’est à quiconque
Moi : Je n’en ai rien à faire

Thierry Titiyab Malet : L’histoire d’un bel été https://youtu.be/xBqH7TcWcbc
(vingt-trois juin de deux mille dix-sept)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 19 votes