Partagez

— Le sang de la rose

Le pianiste aux doigts d’argent,
Joue la dernière note, pour elle,
Comme un murmure sensuel.
Éperdument Amoureux, nageant dans ses rêves.
Il ne voit pas l’obscurité de son regard cruel.
Une âme ou l’amour est mort,
indifférente elle l’ignore!

Le pianiste aux doigts d’argent,
joue la dernière note, d’Emmanuelle.
Une rose posée sur le piano pour elle.
Il imagine son corps, aux courbes généreuses.
La rose, entre ses dents, pose sulfureuse.
Elle cette fleur, elle la hait, en somme,
comme lui et tous les hommes.

Le pianiste, aveuglé d’amour
ne voit pas, qu’il est son jouet ciblé.
Il attendra toujours, son heure
pour l’aimer, lui faire l’amour avec ardeur.
Hélas!
Comme tant d’autres, il sera son trophée,
dans la malle de ses joués bien aimés.

Le pianiste
prend la rose, pour la lui donner,
en rêvant de la caresser avec chaque pétale.
Elle maléfique tire sa dernière carte fatal.
Son visage rayonnant, un sourire mécanique.

Le pianiste dans un souffle, murmure je t’aime.
Elle sourit, lui dit,
–-Je ne voudrais de vous avec amour,
mais vous aurais fait l’amour avec mépris.
Il meurt, une larme sur sa joue, qu’elle lèche,
et lui dit,
–– La mort vous va si bien mon ami.

La rose rouge s’habille, de larmes de sang, en halo
sur le piano.
Ainsi les ténèbres s’ouvrent à ses pieds.

Lui amoureux, meurt d’avoir espéré.
Elle, dame de pique, tueuse d’hommes,
joue sur le piano, la note qui sonne,
le sacrilège du chant des morts.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.83 sur 6 votes