Partagez

On raconte que, jadis, dans un temps lointain,
Naquit le Savoir, éternel orphelin
D’une vie bien remplie et demeurant sans fin
Préparant l’être à vivre en un temps incertain.
Si le fameux Savoir, apanage des crétins,
Si le pauvre Devoir, jugé avec dédain
S’alliaient à la Sagesse et en tétaient le sein,
Le monde serait heureux, chaque soir, chaque matin.

Le Savoir donna naissance à son fils, le Devoir
Lui attribuant des droits ainsi que des pouvoirs
Sur le cours de la vie, à travers ses méandres
Si le Pouvoir, enfin, pouvait bien condescendre.
Le Pouvoir, lui-même, orphelin, fils unique
S’octroie des droits en devenant cynique
Associant Devoir, Savoir et ¨Pouvoir tyrannique
Et cela nécessite une étude clinique.

La Sagesse s’installe et s’avère incapable
D’instaurer un comportement respectable
Et elle fait les frais du Pouvoir implacable
Qui fait du Devoir un objet méprisable
Jetant le Savoir dans des fosses perdues
Le passé, le présent et l’avenir confondus
Observent la Sagesse qui se démène fort
Pour avoir raison quand tout dit qu’elle a tort !



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant