Partagez

Dans la nuit, je vois l’amour surgir comme un fauve blessé
Et se jeter contre le mur de ma raison.
Je cours pour m’enfuir,
Car je ne peux supporter les cris poussés,
Par ce nouveau-né agonisant.
Assailli de partout par les tourments,
Je traverse les années de ma mémoire, en courant.
Mais je ne retrouve rien,
Même pas les souvenirs de ma passion.
Tout a disparu, et ma vie ne tient plus
Qu’à un fil attaché à l’horizon.
Le jour se lève, et je me retrouve assis dans ma prison.
Mes mots sont là, autour de moi,
Mais, je ne peux plus exprimer mes sentiments.
Je m’endors, alors, dans le silence des mots,
La peine dans le cœur et la peur de ce qui m’attend.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 9 votes