Partagez

Elle a enfin pu le revoir
Pourtant c’était sans espoir
Elle a embrassé sa voix, son rire
Goûté ses yeux et son sourire

Sa beauté est un crime
La force du loup l’anime
Maintenant plus que jamais

Quand elle pense à lui
Elle sourit, fini l’ennui
Elle n’a eu qu’un instant
Qu’elle vit au temps présent

Son rire résonne à ses oreilles
Ils étaient leurs rayons de soleil
Ils ont donc fumé le calumet

Cette fois c’est lui qui a pris le train
Elle s’est réfugiée dans son entrain
Où le sourire est amnésique
Et le silence une douce musique

Un jour le train reviendra à quai
L’affection en forme de bouquet
Pour vivre des moments de désir

Quand elle pense à lui
Elle sourit, plus de pluie
Elle a eu un autre moment
Elle le garde au temps présent

Il lui a donné la force de bannir
L’ogre dévoreur de plaisir
Elle aime sa douce moquerie

Elle n’attend et ne demande point
Juste qu’il ne soit pas trop loin
Pour ne pas trop vite vieillir
Zinzin des doux souvenirs
Christine Anneheim



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 10 votes