Partagez

Ces vagues aux saveurs sucrées
S’écoulent, roulent en boule
Puis nourrissent cette foule
De pierres austères, affamées.

Elles se répandent tout autour,
Et là puis partout dessinent
Ces esquisses clandestines,
D’un tableau falot sans contours.

Ce croquis maudit, imprécis,
Aux traits mal finis, indécis,
Frêles, entremêle ses pas

Dans ses nuits aux cris infinis,
Où les flots recouvrent les mâts.
-L’âme démise, le corps gît.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 2 votes