Partagez

Ils habitent discrets au fond des particules
Presque rien, tous petits, infinitésimaux,
Unis par une force attachant les jumeaux
D’arôme et de couleur comme de vrais hercules.

Quand leurs désunions deviennent majuscules,
La distance éloignant ces éléments primaux
Augmente l’attirance au loin des maximaux
Pour briser les hadrons à la façon des bulles.

Lorsque notre contact léger tel un méson
S’espace dans le temps plus esquif qu’un boson,
Je deviens moins qu’un quark si loin de ta présence.

Chaque instant écoulé redouble mes douleurs
Pour me fondre à la fin dans un plasma de pleurs
Où je ne dépends plus que de ta bienfaisance.



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant