Partagez

Le temps d’un automne !

Le voilà qui revient, un peu sournois
Toujours à petit pas, là sous les bois
Glissant sournoisement en ce mois !
Lentement vers les rues de Mirepoix

Le pire est né, et me voilà en l’effroi
De ce tumulte de l’été qui va pantois !
Vers les remparts, aux abords de Foix
Laissant bientôt place à son désarroi

La terre se gorge des mille joies
Des cris de ces viles corneilles
Là-haut dans le ciel assombri
Des nuées d’oiseaux migrent

La bise souffle sur le vieux chêne
Enfle un peu son faîte bien décati
Il semble frissonner sous l’assaut
Saura-t-il résister, ce vieux sot !

Le froid glisse sur la morne plaine
Un dernier ru semble lui résister
Pour combien de temps encore !
Un héron l’emprunte à présent

Les arbres tremblent et se lissent
Peu-à-peu leurs feuilles se figent
Rougissent sous l’effet du vent
Le froid les mord, et les dévisse

Elles tombent sur le sol, refroidies
Lui ne se pose pas tant de question
Et avance sur cette route brumeuse
Un hululement me fait sursauter !

Thierry Titiyab Malet (le 20 octobre 2017)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 24 votes