Partagez

Je me rappel trop de mon enfance

Souvent nous dérangeons nos parents,

Pour rien, par de bruits brouhaha,

Pleurais-je, chantais-je tralala,

Des injures et mot causant les blessures,

Du cœur par nos cries, et même de cassures,

Dit-on, transitant la brochure,

De nos bouches, tant de mot en cache-cache,

Le fémur de nos bouches, crochu du dedans de la foi,

Une fois qu’il pleuvinait  des cris proviendraient de toi,

Pourquoi toi, tes paroles imputées à 100% de do,

Toi qui, une personnalité t’avait laissé sur le dos,

Signe musical do re mi fa So la si do, l’arrogance,

Première étape de la musique qui remonte,

La plus de son art qui toujours a de craintes,

Toi ! Aimé traversant l’Adolescence,

Je pleurais de rien, chaque matin,

Avant d’aller à l’école, passais-je au coin,

Etonnant, je ne savais pas compter mon enfance,

J’étais plus méchant qu’un château d’eau 100fois qu’un lionceau,

Toi qui as un cœur de lion,

Mettais-je la cassette de mon enfance,

Pour montrer combien j’avais trahi ma confiance,

A Cause de toi merde, un pauvre putin,

Je comptais un jour 100°C plus que le vent,

Plus que la pression des certains mots de bavard,

Batard, le canard de mon enfance du hasard,

Fais-moi l’accès de demander pardon.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes