Partagez

Écoutons le doux vent berçant
D’une musique les vielles ruines d’antan
Il est doyen d’un récit envoutant
Des âmes, des vies du temps passant
A bon entendeur cette musique
Chuchote un avenir fatidique
Aux esprits éveillés et aiguisés
Il offre reliques et conseils avisés
Des peuples ,archaïques aïeux passés
Qui se sont trompés ont pêchés ou du mal prêché
Et évidemment ont payé le prix des pots cassés
A nous donc d’obstruer , d’empêcher
De la même façon d’errer de déambuler
Car ceux qui ne comprennent pas le passé
Ne peuvent sans nul doute évoluer
Faisons que l’ancienne souffrance ne soit pas veine
Tirons des leçons des terribles peines
Car le passé fait partie intégrante de nous
Indépendamment « qui ,quoi, où  »
Et ce vent même en sa mémoire
Retient en un coin notre histoire
Tel un phœnix ,de nos cendres passés
Tachons de renaitre, nos échecs surpasser
Pour pouvoir enfin faire couler
Sur les vierges pages de l’encre frais
Nous sommes donc tous dotés de plumes
Qui peu à peu se consument
Profitons de chaque instant
De l’illusoire chimérique présent
Prenons les rênes de notre destin
Tenons les choses en main
Car le présent à peine est il qu’il devient passé
Gravons donc ce qui vaut d’être gravé
Un immense orchestre est l’humanité
Chacun sa partition à jouer
Nous nous devons donc d’éveiller
La musique qui en chacun de nous semble sommeiller
Braver tout obstacle pour enfin arriver
A ce pourquoi l’on est
De cette façon chacun peut édifier
Loin de la routine vague démystifiée
Son futur, construire bonheur et quiétude
Reste à trouver ce qui fait notre plénitude

MEKOUAR Zineb



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 19 votes