Partagez

Au début fut le vide, un doux pays sauvage
Tout autour un ciel bleu, dans le souffle serein
Déjà quelques oiseaux jouaient de leur ramage.

La douce quiétude à charmer le serin;
Jaloux de son pouvoir, le « superbe architecte »,
(Il tenait tout son monde en sa poigne d’airain),

Voulut s’offrir un jeu, (point de façon suspecte),
Pour permettre à demain de croître et embellir ;
En cela l’obligeait l’action circonspecte.

Longtemps il réfléchit, au : « Comment établir
Une démarche forte, approuvée et fertile
Et que le temps passant, nul ne viendrait salir !»

Et vint… le vert Adam, charmant, svelte et de style,
Souvent se prélassait dessous les arbres verts,
Il éprouvait ses sens, notamment le tactile…

Solitaire il jouait, printemps, étés, hivers,
Le bonheur en son cœur faisait vibrer sa tête ;
Le « Créateur de tout » s’avisa du pervers.

On ne peut de la sorte, avec ce qui l’entête
Laisser Adam tout seul et sans un avenir…
Et voilà « Grand Sais tout » devant un casse-tête !

Diogène souffla la clé du devenir :
Rompre la solitude, il fallait cette idée…
D’une côte flottante, il créa pour finir…

Un joli vermisseau, la suite est validée !
La couple porterait la noble ambition,
Ecrire l’Autre Histoire enfin consolidée.

Aux hérauts d’exiger l’extrême attention
Au changement profond, nouvel ordre du monde,
Et face à « l’ineffable » oser l’inflexion.

L’ouvrage cent fois mis, même en le demi-monde
Sans effet se révèle… Encore un coup pour rien !
Et vous pourrez courir partout la mappemonde,

Vous croiserez gens bons, mais aussi des vauriens
Qui diront haut et fort le manger et le boire
Et pour vaincre le sort, brameront wagnérien.

« Immense Grand Sachant » reconnut le déboire,
Mais cette folle audace, artifice ou raison,
Devait pour l’avenir prendre place au ciboire.

Trop tôt est aujourd’hui pour cette… liaison,
Dans deux mille ans peut-être, un monde à bout de force
Décidera contraint, d’endiguer couvaison…

Alors un vent nouveau, justifiera l’entorse,
Le verdict magistral, Adams et Vermisseaux
Divins entremêlés, fiers bomberont le torse

Pour juguler enfin les gènes à pourceaux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 9 votes