Le vice à son prix

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Apaisée sur ma couche
plus naturel que nature,
même les mots touchent,
me dis l’ébat de nos murmures.

Mon reflet dans l’iris
quand ton regard posé sur moi
me rappelle qu’encore une fois,
j’ai cédé à mes vices.

La volupté de tes formes
ne suffisent à mes mains,
heureux sont les hommes
qui se plaisent en ton sein.

Perdu est celui
qui vient à oublier,
que tu n’existes que pour une nuit,
que pour quelques deniers.


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 1 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

1 commentaire

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: