Partagez

Assis sur les larmes de l’Afrique triste,

Je vois des jeunes sans armes mourir en piste.

Dans la course vers un avenir incertain,

Les fausses couleurs de l’eldorado trompent certains.

CLAN.jpg

Leurs nids ayant caché tout espoir,

Leur offre comme pain quotidien le désespoir.

Difficile de joindre la beauté du matin,

A la douceur du soir parfois incertain.

Chaque jour accouche douleurs, peines et larmes,

Accouchant ce désir de suicide sans armes.

201504211748-full.jpg

Vivre sans avenir ou marcher vers l’espoir mort,

Courir les yeux fermés vers l’inconnu qui mord.

La vie n’a plus d’importance lorsque pleur l’envie,

Face au silence assassin du monde en vie.

Au pire, l’humain écrase l’humain dans sa douleur,

Soit à cause sa peau très sombre et triste de couleur,

Faisant de lui un inférieur non protégé,

Triste qui ne trouvera sa peine allégée.

migrants-africains-libye.jpg

La course se poursuit dans le désert sans cœur,

Qui leur ouvrira le ventre de la mer sans peur.

Aux yeux complices du monde en délire,

Faisant des rescapés, des héros en rires,

Horrifiés par l’enfer à peine traversé,

Loin des désirs de ces sourires versés.

Je dépose ici les larmes de mon cœur triste,

Aux mains des cœurs que ces pertes attristent.

Ces bruits des os humains dans la gueule des requins,

Appelant au réveil la conscience africaine 

Nji

  



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 34 votes