Partagez

Couchées sur un papier les caresses de mots
Écarquillent nos yeux pour les rendre plus beaux
Et sous ma plume amie ruissellent des musiques
En pleins et déliés aux boucles romantiques.

Murmures susurrés à la source des maux
Doux vélin griffonné à l’encre d’un stylo
Voyages sinueux sur les sentes d’un songe
Et l’écrit suit son cours dans un fleuve où je plonge.

Sont-ce ces sources-ci qui libèrent l’esprit
Dessinant mes desseins aux ennuis dessaisis ?
L’exutoire du mal aux ondes salutaires
Orne les pages nues de nouvelles lumières. 

Les cris sans joie se noient dans le flot de mes lignes
Qui soulage ma vie pour la rendre plus digne
Et dans l’encre des pleurs s’évacuent les tourments
Les soucis, les tracas s’écoulent en torrent.

Jean-François Grégoire



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.57 sur 7 votes