Partagez

Il y a tellement de maux dans l’écrit de ma peine
Que le noir de mes mots est devenu ébène!
Il n’y a plus de lumière ,s’étale en moi cette ombre
Une nuit dans le désert plongé dans la pénombre.
Ces choses si futiles qui souvent nous font reculer
Et puis leurs mains habiles tendues pour nous voler
Les besoins incessant , ces murs qui nous entourent
Etre reconnaissant aux autres sans acte de bravoure
Il n’y a pas de fontaines où l’eau ne coule plus
Sur les quais de la Seine où nous avons rompu
Mais le temps s’est suspendu je vis en désarroi
Et je reste déçu , dans les alcools je me noie !
Des moments de tendresse volés en éclats
Et quand le combat cesse j’entends encore ta voix
Le souvenir ne peut s’effacer , la cicatrice saigne
Et je reste égaré et dans mon sang je baigne!
Je rêve de passion et d’amour éternel
Eveillé je tourne en rond et je regarde le ciel
j’attends qu’on me libère de ton emprise
Je reste dans mes hier et je lâche prise!



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes