Partagez

Il a le même soleil dans les yeux,
Le même sourire merveilleux,
La tendresse de son regard,
Pourtant quelque chose me dit
Qu’il n’est pas né du même lit.

Il lui a appris tant de choses
Surtout offert tant d’amour
Que cet enfant qui a grandi
N’a nul autre père que lui.

L’enfant d’un autre ne respire et ne voit
Que par la douceur de celui
Qui a gentiment corrigé ses erreurs
Juste avec les mots de son cœur.

L’homme qui l’a serré contre lui
Quand il avait mal ou bien peur,
Qui a guidé ses premiers pas
L’homme qu’il a appelé « Papa ».

L’homme qui l’a recueilli
Sans jamais poser de questions,
Celui qui tend les bras vers lui,
Qui lui apprend ce qu’est la vie.

L’homme qui l’abrite dessous son aile
Pour le protéger des tourments
Qui le réchauffe tel un soleil
Qui le préserve des méchants.

Le père c’est celui qui comprend,
Qui aide et qui entreprend
C’est l’homme qui offrirait sa vie
Juste pour que l’enfant soit compris.

L’enfant d’un autre parfois dérange,
Peut faire l’objet de calomnies
Alors on se met à chuchoter, à vomir des insanités,
Le père est là pour les contrer.

L’enfant d’un autre c’est celui qui contemple le ciel,
Admirant le vol d’un oiseau
Et qui susurre à son oreille « tu as vu Papa que c’est beau »,

L’enfant d’un autre, c’est celui qui tombe à ses pieds
En s’écorchant le genou
Et qui en pleurs vient se consoler
En s’agrippant à son cou,

L’enfant d’un autre, c’est
De l’indulgence et des caresses,
Que du bonheur, de la tendresse
Tant de joies et tant d’allégresse.

L’enfant d’un autre
C’est la fierté quand à la fin de l’année
Diplôme en poche se met à crier
« Tu vois Papa j’ai gagné ! ».

C’est tout ce que demande un père,
Rien en retour qu’un peu d’amour,
La réussite et le bonheur
Pour cet enfant, roi de son cœur.

Tous droits réservés©Marie-Hélène COPPA
publié dans « Au fil de ma vie et de mes émotions »
ISBN 978-2-81211-445.B



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 20 votes