Partagez

Dans une fragile barque
Que les vents malmènent,
Des bras s’écorchant d’infortune
S’agrippent aux portes du ciel

Les yeux mi-clos d’un enfant
La tête enfouie dans la poitrine
D’une mère parmi le lot
Tremblotante de sanglots.

Tourbillon de peurs verglacées
Par les cheveux, il traîne
Tant d’espoirs vers le fond

Des langues crémeuses
Au goût d’algues et de sel
Pénètrent Aylan
Jusqu’au fond de son âme

Une mère au sein
Chargé de tiédeur
Pleure son enfant
Que la mer malmène

Un petit être sans vie
Sur les sables chauds d’une plage
Que son corps refroidit.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes