Partagez

Une cour carrée abritait un enfant,
Majestueuse relique d’un amour passé.
Un souvenir étouffant les avait emportés ;
Dans les larmes du ciel, le pleuraient ses parents.

Empruntant sans prudence les allées de la joie,
Ses pieds nus caressent la fraicheur du doute.
Sous une danse éphémère l’animant sur sa route,
Une claire pensée rafraîchit son émoi.

Dans l’injure cruelle se baigne l’abandon.
Dissipant dans le sang les espoirs les plus vains.
L’injustice a ce poids que la peine ne vainc,
Brûlant l’infante sève au foyer du pardon…

Mais soudain dans un songe, sublime et radieux,
Eclairant son histoire de la lumière des anges,
L’enfant serre ses mains au-dessous de sa frange,
Et murmure en son coeur une prière d’adieu.

Stephane Meuret
9 Janvier 2018, Copyright



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes